본문 바로가기
  • Home

La recherche phénoménologique sur l'imaginaire de la photographie contemporaine: au moyen de la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty

  • The Journal of Aesthetics and Science of Art
  • Abbr : JASA
  • 2008, 28(), pp.183-208
  • Publisher : 한국미학예술학회
  • Research Area : Arts and Kinesiology > Other Arts and Kinesiology

Kim Hwa Ja 1

1명지대학교

Accredited

ABSTRACT

L’histoire de la photographie se développait dans la tension entre la preuve et l’expressivité créatrice, notre recherche consiste à explorer la nature de l’être imaginaire qui s’apparaît dans la photographie contemporaine exucutée par la photo documentaire, la technique digitale, la mise en scène dramatique. Ainsi il faut examiner le caractère de l’imaginaire dans la photographie contemporaine à travers les oeuvres de Andreas Gursky représentant la photographe typologique de Allemagne. En d’autres termes, il faut se demander si l’espace imaginaire de la photographie contemporaine qui s’exécutée au moyen des photos documentaires et de la technologie digitale, est réel ou irréel, abesnt ou présent. La pensée de la chair chez Merleau-Ponty permet d’éclairer l’être de l’imaginare. Merleau-Ponty dans Phénoménologie de la perception n’échappe pas tout à fait pas du dualisme que l’on peut pressentir à travers de l'inter-opération entre le sujet perçevant et l’objet. L’ontologie de la chair chez Merleau-Ponty nous révèle le fondement originaire et sensible où le sujet perçevant et la chose et l’autre s’entracent et deviennent un seul tissu qui comporte le creux et l’écart sans l'identité absolue. La réversibilité à la fois entre le voyant et le visible et entre le visible et l’invisible institue la vision reflètant l’un à l’autre, le chiasme du peçu et de l’imaginaire entraîne la même chair. En critiquant que Sartre consièdre l’imaginaire comme l’absent, Merleau-Ponty définit l’imaginaire comme la quasi-présence ou comme la visibilité imminente, parce qu le monde est entourné par l’horizon des visibles dans lequel l’imaginaire existe comme des possibles dans son écart qui devient l’actuel. Il s’en suit que la pensée de la chair nous a remarqué que l’art est “la texture imaginaire du réel” qu’implique l’empiètement du réel et l’imagianire. L’imaginaire qui existe comme des possibles dans l’horizon ou dans l’écart apparaît comme l’atmosphère sensible dans la limite ambigüe. Notre étuide du l’imagiaiare nous décèle que l’espace imaginaire de la photographie contemporaine n’est pas seulement la fiction ou iréel mais l’expression muette. Surtout les oeuvres de Gruskey nous révèlent que l’écart de l’identification et l’affirmation entre le document et l’art donne l’ouverture à l’apparition de l’imaginable, produit l’expérience esthétique vivante. En effet, ce lieu caractérise le style typologique chez Grusky, entraîne le vrai interaction du spectateur et de l’oeuvre.

Citation status

* References for papers published after 2022 are currently being built.