본문 바로가기
  • Home

La recherche phénoménologique sur la synesthésie comme le virtuel

  • The Journal of Aesthetics and Science of Art
  • Abbr : JASA
  • 2009, 30(), pp.387-415
  • Publisher : 한국미학예술학회
  • Research Area : Arts and Kinesiology > Other Arts and Kinesiology
  • Published : December 30, 2009

Kim Hwa Ja 1

1명지대학교

Accredited

ABSTRACT

Nous pouvons sentir les divers sensibilités dans une certaine couleur ou dans une certain bruit de l’objet ordinaire dans la vie quoitidienne. A plus forte raison, nous pouvons entendre le sonore à travers le jaune dans la peinture de Kandinsky, ou le bruit à travers la silence dans la musique de Cage. Tous les arts nouveaux comme performance, installation, vidéo art, computer art qui font un travail en collaboration avec le pluriel sens n’appartiennent pas à aucun genre traditionnel et ils permettent de faire l’expérience de la synesthésie du multisensible. Ainsi il s’agit de synesthésie dans ce monde artistique. Il faut se demander comment l‘unité des les divers sensorialités se produit à travers l’expérience de la synesthésie à partir de l’esthétique phénoménologique de Mikel Dufrenne. Dufrenne a éclairé la différenciation des sens en se fondant sur la phylogénèse de Pradines. Pradines souligne que l’origine de tous les sens se place dans le tact, et que la différenciation des sens se réalise par rapport à la distance de la stimulation tactile. En plus Dufrenne a découvert le virtuel existant en état de la génèse dans laquelle la synesthésie se produit par la synergie des sens du corps en s’appuyant sur l’ontologie phénoménologque de Merleau-Ponty. Dufrenne a découvert le fondement ontologique de la synesthésie dans la négativité de la chair qui offre aux sens la réversibilité et la communication, de telle sorte que les sens sont suceptibles d’exister généralement sans perdant la singularité de chaque sens. La synergie du corps qui unit des inscriptions sensorielles ne se réduite pas à un seule sens, elle existe en état virtuel de l’imaginaire. Le bruit cristal de glasse n’est ni vu, ni convertit en le visible, ni neutralisé, le virtuel qui se produit par le contat entre la fonction de l’objet et la possibilité du corps-sujet est liinvisible qui ajoute au visible l’épaisseur. Si la propriété subjective de l’imaginaire est la propriété singulare qui provient de la nature naturante, il serait juste que l’imaginaire s’appelle comme l’imaginable. Puisque l’imaginable s’actualise avec le reél perçu, Dufrenne considère le viruel des des synesthésies comme chair qui montre l’empiètement entre l’object et le corps. Par conséquent, même si le sonore du jaune chez Kandinsky n’est pas visible, nous pouvons constater qu’il est le virtuel en train de devenir. Il s’en suit que ce virtuel n’est pas substitué par un sens neutralisé, ou par l’illusion du absent, En fait, la pensée phénoménologique sur la synesthésie de Dufrenne nous a révélé que le virtuel est à la fois le transsensible et le multisensible.

Citation status

* References for papers published after 2022 are currently being built.