본문 바로가기
  • Home

Diderot et le Polype - Les Penseˊes Scientifiques Diderotiennes et L’ imagination Litteˊ raire -

Lee Choong Hoon 1

1서강대학교

Accredited

ABSTRACT

Au milieu du XVIIIe siècle, la découverte de la vie singulière du polype d’ eau douce par un naturaliste genevois, Abraham Trembley, provoque une série de débats, divers et variés, parmi les scientifiques. Lorsque ce petit insecte est coupé en deux, en quatre et ainsi de suite, chaque partie se régénère entièrement en restaurant sa partie perdue. Les défenseurs de la préexistence des germes qui supposent que les petits êtres soient emboîtés dans l’ oeuf paternel ou maternel sont alors confus: la régénération parfaite du polype artificiellement et arbitrairement tranché ne peut s’ expliquer par leur hypothèse sur la génération des animaux. En revanche, àla plupart des matérialistes qui essaient d’ expliquer cette génération par l’épigenèse la regénération du polype sert de preuves indéniables pour soutenir leur théorie biologique et médicale. Diderot, s’ appuyant sur des théories nouvelles et hardies proposées par Maupertuis et Bordeu, s’ intéresse aussi aux petits animaux ≪ régénérables.≫Pour notre matérialiste athée, le polype ne présente pas d’ autres différ-ences que les éléments ≪ semblables≫ avec d’ autres animaux dont les éléments sont différents les uns des autres. La régénération facile et spontanée,possible exclusivement chez les polypes, résulte donc des organes qui agissent, se nourrissent et se développent avec une telle autonomie, que,chez cet insecte, on ne peut imaginer un ≪ centre≫ despotique contrôlant les fonctions des parties subordonnées. Mais Diderot ne s’ en tient pas aux avancées de la théorie de l’ épigenèse grâce à laquelle il critique toutes les pensées de la préexistence des germes. Dans son Rêve de d’ Alembert, il adapte avec ingénuité ses pensées médico-biologiques à la création littéraire. Comme les polypes régénérants,comme l’ essaim d’ abeilles contiguës, le poète et l’ orateur disposent d’ un Tout dont les parties sont attachés avec contiguïté, non avec continuité. Depuis ses premiers textes, Diderot distingue le langage didactique et méthodique du langage poétique. Avec le dernier langage, le poète accomplit la chaleur et l’ énergie des expressions dont l’ émotion peut être simultanément et immédiatement transférée aux auditeurs. Pour cela, le poète et l’ orateur doivent savoir interrompre et couper, tourner et retourner les phrases ainsi que les syllabes en cherchant les effets matériels procurés par l’ inversement de l’ordre philosophique. C’ est la raison pour laquelle dans son Rêve de d’ Alembert, Diderot poursuit un nouveau style qui convient mieux à ses pensées philosophiques et scientiques, et il confie aux lecteurs le plaisir du texte ≪ polypeux≫ .

Citation status

* References for papers published after 2022 are currently being built.